Tout savoir sur la monnaie chinoise

Tout savoir sur la monnaie chinoise


Le yuan renminbi, abrégé CNY sur le Forex, est la devise actuelle de la Chine. Reconnu par le FMI comme monnaie de référence mondiale en 2015, il s’agit d’un élément important dans l’économie mondiale et, automatiquement, sur le marché des devises. Mais quelle est donc la place du yuan à l’échelle internationale ? Et s’agit-il d’un bon actif à négocier en matière de trading. Pour tout savoir sur le yuan, découvrez notre dossier :

Présentation et histoire

Présentation générale du yuan

Le yuan ou renminbi est la monnaie nationale de la Chine depuis la fin du XIXe siècle. Signifiant littéralement « monnaie du peuple », le renminbi est la monnaie réelle et le yuan l’unité de compte. Cette devise est émise par la Banque populaire de Chine, mais n’est cependant pas adoptée par Hong Kong ni par Macao, qui utilise respectivement le Dollar de Hong Kong et la Pataca. Parfois abrégé en RMB, le yuan renminbi est également appelé « kuai » en mandarin. Son abréviation de CNY sur le forex a été adoptée selon le code international normalisé ISO 4217, dont la CN fait référence à la République populaire de Chine et le Y au nom romanisé yuan. Si le symbole latinisé du yuan est parfois marqué avec deux barres, la devise est actuellement symbolisée par un Y avec une seule barre horizontale : le Ұ. Cela afin de ne pas la confondre avec le symbole du yen, la monnaie japonaise.

yuan symbole

Pour la petite histoire, le yuan renminbi tire son nom de Yuan, une dynastie mongole qui régnait sur la Chine de 1279 à 1368. La monnaie a commencé à circuler officiellement dans le pays à la fin du XIXe siècle, mais jusqu’en 1995, la Chine utilisait encore 2 devises différentes : le renminbi et le FEC ou Foreign Exchange Certificate. Ce dernier étant utilisé exclusivement par les étrangers. Pour ce qui est des pièces et des billets de banque en circulation, 1 yuan équivaut à 10 jiaos ou 10 mao, qui est également égal à 100 fens. Les billets émis par la banque comptent 1, 2, 5, 10, 20, 50 et 100 yuans. Il existe également des billets de 1, 2 et 5 jiaos et, beaucoup plus rares, des billets de 1,2 et 5 fens.

Sur le marché international

Pendant longtemps, le yuan renminbi a été soumis à un régime de taux de change quasi-fixe, qui l’a indexé au dollar américain seul, dans une fourchette de variation de +/- 0,3 %. Cette parité quasi-fixe a ensuite été remplacée en juillet 2005 par une indexation à un panier de devises, auquel faisait partie les principales monnaies internationales, dont l’euro et le dollar. Le yuan a alors commencé à être réévalué et notamment monté de 2.1 % par rapport au dollar américain. Sous la pression des puissances économiques mondiales, dont principalement les parlementaires américains, de nombreuses réévaluations se sont ensuite succédé. En trois ans, une appréciation de 20 % a alors été enregistrée, face au dollar et à l’euro.

yuan dollar

En 2008, suite à la crise économique mondiale, le yuan renminbi s’est ensuite déprécié à nouveau, à l’initiative même de la Banque populaire de Chine. Cette dépréciation volontaire avait, en fait, pour but de maintenir la compétitivité du pays dans le secteur de l’exportation. En 2009, la Chine a ensuite réalisé des échanges entre devises avec ses gros partenaires commerciaux, dont l’Indonésie, la Corée du Sud et l’Argentine. Ces swaps de monnaies s’élevaient à hauteur de plusieurs centaines de milliards de Yuan. Selon les chiffres dévoilés par la Banque centrale de Chine, les règlements transfrontaliers en yuan de la Chine s’élevaient alors à 2 580 milliards de yuans en 2011, soit environ 380 milliards d’euros.

En mars 2012, la Banque centrale chinoise annonçait ensuite que toutes les sociétés exerçant dans l’import-export international avaient la possibilité de régler leurs exportations transfrontalières en yuan. En fin 2014, le yuan représentait alors 2,17 % des transactions internationales. La monnaie chinoise reste pourtant « sous-évaluée » et, d’ailleurs, malgré les pressions mondiales qui souhaitent la rendre plus flexible, les résultats ne sont pas très convaincants jusqu’à aujourd’hui, en 2016. Ceci étant, le yuan renminbi fait son entrée dans le panier des devises de réserve internationale en août 2015 et est désormais reconnu comme monnaie de référence par le FMI (Fonds monétaire international). Une place déjà convoitée par la Chine depuis des années.

La monnaie chinoise dans la bourse

Place du yuan sur le marché du Forex

En fait, avant 2008, le yuan renminbi n’a fait qu’obéir à un régime de change imposé par le gouvernement, et ne s’est pas encore dévoilé comme élément fort dans le Forex. Ce n’est qu’avec le poids de la crise économique mondiale que la monnaie chinoise a fait une percée sur le marché des devises. L’année 2009 a également été marquante pour le yuan, étant donné que les swaps de devises réalisés, dont particulièrement avec le dollar, lui ont permis de faire une entrée dans le Forex. Ceci étant, la place du yuan sur le marché du Forex était au début modeste, et, d’ailleurs, sa parité se limitait au dollar américain (USD/CNY). Les transactions réalisées et les mouvements économiques internationaux ont ensuite permis, au fil du temps, d’autres parités comme avec l’euro (EUR/CNY), ou encore avec le yen japonais (JPY/CNY).

banque centrale de chine

Toujours est-il que, dû à sa « sous-évaluation », le yuan ne fait pas encore partie des devises majeures sur le marché du Forex. Même si la Chine se situe aujourd’hui à la deuxième place en termes de puissance mondiale, sa devise reste également difficile à apprivoiser pour les traders à cause de sa volatilité. Le yuan se place, ainsi, jusqu’à aujourd’hui sur le même rang que les paires exotiques. Selon les analystes, la monnaie chinoise ne serait pas non plus très intéressante à trader, sauf si la Banque populaire de Chine décide de céder aux pressions des puissances économiques mondiales, dont le gouvernement américain, et procède à une réévaluation de sa devise nationale. Une appréciation du yuan permettrait, en effet, d’envisager la réalisation de profits importants en matière de bourse. Les investisseurs attendent, ainsi, la concrétisation de cette éventualité avant d’ouvrir les transactions.

Une devise volatile

Mais le fait est que le yuan reste une monnaie très volatile et, d’ailleurs, suite à une baisse de valeur depuis plus de 5 ans, cette volatilité implicite tend aujourd’hui à augmenter. Avant toute chose, il faut, en effet, préciser la différence entre le yuan renminbi onshore, qui est le CNY, la devise officielle gérée par la Banque centrale de Chine, et le yuan renminbi offshore, CNH, qui est la monnaie des transactions offshore. Et bien que le CNH ait suivi d’une manière globale la tendance du CNY, le spread entre les deux devises s’est vu s’élargir soudainement.

drapeau chinois

Dès lors, les traders anticipaient alors une nouvelle dévaluation de la monnaie chinoise par la Banque Centrale de Chine. Et ce, même si cette dernière avait déjà avancé qu’elle prévoyait de céder à la pression et de réévaluer sa devise. L’incertitude est alors à son optimal. Le yuan pouvant monter de valeur comme se dévaluer à tout moment. À cela s’ajoute l’élargissement du spread entre les taux USDCNY et USDCNH, qui marque encore plus la volatilité de la monnaie chinoise.

Malgré l’intention de la Banque centrale de Chine de faire retrouver une stabilité à sa devise, le yuan chinois reste ainsi difficile à trader pour les investisseurs. Les anticipations de volatilité sont, en effet, particulièrement dures et, en prime, les traders ne savent à quel moment le gouvernement interviendra pour réévaluer le cours de sa monnaie. Les spéculations boursières sur le yuan restent ainsi particulièrement risquées, jusqu’à preuve du contraire.

Les perspectives d’évolution du yuan

À quand donc la réévaluation du yuan ? Les investisseurs en bourse s’impatientent, étant donné la place prestigieuse de la Chine sur le marché économique mondiale. Et apparemment, de nouvelles lumières pourraient apparaître pour cette année 2016. Après la vague de morosité de la Chine pendant ces derniers mois, un plan quinquennal devrait, en effet, être dévoilé en mois de mars prochain. Beaucoup d’espoir repose sur ce plan, qui pourrait enfin mettre fin à la tendance baissière de la monnaie chinoise. Dans le cas où le programme n’aboutit pas, une ruée sur l’USD pourrait, au contraire, resurgir. À rappeler que jusqu’ici, le gouvernement chinois a surtout maintenu son arrimage à l’USD et pour cela, il n’a pas hésité à débourser plus de 500 milliards de dollars. Pour les acteurs internationaux, il serait pourtant plus de temps de rétablir la vraie valeur de la monnaie chinoise et d’établir un meilleur équilibre dans l’économie mondiale.

cny devise référente

En tout cas, il y a une lueur d’espoir puisque le gouvernement aurait déjà pris différentes mesures pour la réussite de ce plan quinquennal. Étant donné que la concrétisation du programme n’est possible qu’en ayant recours aux capitaux étrangers, la Chine aurait notamment permis aux acteurs étrangers d’accéder au marché obligataire de Chine continentale, évalué à plus de 7,500 milliards USD. Cette ouverture devrait alors augmenter la motivation des investisseurs internationaux et à créer un flux bilatéral pour la monnaie chinoise. Preuve que le gouvernement est bien parti pour donner une chance de réussite à ce plan. À noter que la Chine n’adhère pas particulièrement au système d’emprunt et sa dette étrangère ne constitue que 10 % de son revenu national brut actuel. Dans le secteur public, sa dette n’est que de 1.5 %. Ce plan quinquennal pourrait cependant marquer un nouveau départ d’ouverture du pays, sur le marché économique mondial.

Comment donc trader le yuan en bourse ?

Avec un tel niveau d’incertitude, trader le yuan est automatiquement risqué. L’investissement sur cette devise se réserve plus aux banques et aux professionnels, mais cela n’empêche par pour autant les particuliers de réaliser des opérations de trading et d’obtenir des profits avec cette monnaie. Toujours est-il que pour trader le yuan, qui est particulièrement complexe par rapport aux autres devises, il est indispensable de maîtriser les bonnes techniques.

D’ailleurs, les experts conseillent vivement les amateurs de s’entraîner avec d’autres devises plus faciles à apprivoiser avant de se lancer avec le yuan. Il ne suffit pas, en effet, d’utiliser de simples outils de trading, mais il faut savoir analyser les actualités économiques et politiques mondiales avant de pouvoir réaliser de bonnes spéculations.

100 yuanAinsi, l’une des techniques de trading qui pourrait s’adapter au yuan, c’est l’exploitation de la SSI. Cet outil de trading, qui consiste en un graphique de courbes, permet, en effet, d’établir des estimations plus simplement, en se référant sur les positions extrêmes des cours. Ce graphique montre les mouvements de la devise et donne la possibilité d’analyser son historique, pour mieux anticiper sa future direction. Avant de se lancer, il est, bien évidemment, nécessaire de maîtriser cet outil, et de reconnaître notamment les canaux de prix primaires, secondaires et tertiaires.

Lorsque ces trois lignes de tendance se croisent, cela crée, en effet, une forte confluence de support et à partir de là, le trader peut commencer à envisager une future position. Si le cours devait baisser vers le point de rencontre, il pourrait alors y avoir progression et, dans ce cas, place à l’ordre achat. Toutefois, si le cours ne prend pas la direction prévue, il existe toujours l’ordre stop loss qui permet de limiter les pertes.

Dans tous les cas, il ne faut pas oublier qu’actuellement, le yuan reste une devise complexe et volatile. Ses perspectives d’évolution sont d’ailleurs toujours incertaines. Le suivi des actualités économiques est de mise pour pouvoir apprivoiser cette devise.

 
Retrouvez nos dossiers sur différents moyens d’investissement :