Investir intelligemment avec les terres rares et métaux rares

Investir intelligemment avec les terres rares et métaux rares


Les 17 terres rares semblent particulièrement rentables, étant donné leurs propriétés. Mais il faut souligner, d’entrée de jeu qu’investir dans ces matériaux présente un certain risque. En effet, contrairement aux autres actifs, le trading des terres rares ne fait pas (encore) l’objet d’une structuration spécifique. Celles-ci ne sont pas associées à un marché dédié.

En outre, contrairement à certains actifs phares comme le pétrole ou encore l’or, le marché des terres rares n’est pas associé à une régulation que ce soit au niveau boursier ou au niveau étatique. Pour l’heure, le marché est surtout privé et celui-ci rassemblent des professionnels. Quant à la régulation, celle-ci est exclusivement régie par l’offre et la demande. Dans tous les cas, il faut savoir qu’il existe quand même des solutions envisageables pour ceux qui s’y intéressent vraiment…

La valeur des métaux rares

En ce qui concerne les prix, ceux-ci sont dévoilés par les principales mines de métaux rares dans le monde, notamment les mines basées en Chine, pays qui a d’ailleurs le monopole en la matière. Quant à la vente proprement dite, elle se fait par lot. Les terres rares sont alors commercialisées sous forme d’oxyde ou de métal, mais toujours avec une pureté quasi parfaite (de près de 99 %). Moins elles ont pures, moins elles sont valeureuses.

Connaître la production des terres rares

Pour investir intelligemment dans les terres rares, il est important de bien se renseigner sur le sujet. Comme c’est le cas pour tout placement, il est indispensable de bien connaître les actifs que l’on va trader, tout en suivant de près les actualités. Aujourd’hui, le premier producteur de métaux stratégiques est le Chine qui assure environ 97 % de la production mondiale. Ce qui est assez paradoxal lorsque l’on sait que le pays possède « seulement » près d’un tiers des réserves planétaires. Pour comparaison, les États-Unis en abritent 1/10ème contre 1/6ème et près de 5 % pour la Russie et l’Australie.

production terres rares

Au départ, la Chine assurait un approvisionnement de près de 100 000 tonnes annuellement. Le pays prend néanmoins une décision en 2010 et réduit sa production de près de 65 %, n’exportant alors plus que 35 000 tonnes. Cette décision s’est accompagnée d’un véritable engouement pour les terres rares. Les marchés boursiers n’ont pas tardé à s’enflammer. En l’espace de quelques semaines, certains métaux rares ont vu leur prix multiplier par 2,5.

En investissant dans les terres rares, il faut savoir que ces minerais se divisent en deux sous-catégories. D’un côté les terres rares lourdes et, d’un autre, les légères. Les premières sont plus rares que les secondes. Logiquement, elles s’avèrent un peu plus intéressantes en matière de trading.

L’usage des terres rares

Bien qu’affichant des propriétés similaires, l’utilisation des terres rares diffère en fonction du minerai concerné. Ce qui intéresse l’investisseur, c’est l’attrait que présence ce dernier. La règle est simple : plus un métal stratégique est utilisé et demandé, plus son prix a des chances d’évoluer positivement (en sachant que l’inverse est également valable).

Et justement, les terres rares ne présentent pas toutes le même intérêt. Par exemple, le terbium, l’yttrium ainsi que l’europium ne risquent pas de faire l’objet d’une pénurie. Ces métaux sont, en effet, principalement utilisés pour la production de lampes fluorescentes, ces dernières étant progressivement abandonnées au profit des lampes LED. De même pour les terres rares légères dont les réserves sont assez abondantes. Bien qu’utilisées pour la fabrication de composants de Smartphones et autres objets high-tech, ces terres rares sont suffisamment abondantes pour ne pas souffrir de pénurie.

échantillon de terres rares

La situation est assez différente pour les métaux plus rares et qui sont, en plus, très utilisés dans divers domaines. Citons notamment le dysprosium et le néodyme, très demandés dans la production d’aimants équipant entre autres les éoliennes, les batteries (de voitures vertes) ou encore les disques durs. Néanmoins, il faut souligner que, malgré le risque relatif de pénurie, les industriels recherchent d’autres alternatives, notamment le remplacement par d’autres matériaux, le recyclage, mais aussi l’exploration de nouveaux pays d’approvisionnement.

Alors, comment investir dans les terres rares ?

terres rares du japonMême si c’est assez compliqué et risqué, l’investissement dans les terres rares reste envisageable et le risque pourrait bien être payant. Et bien que, comme dit précédemment, le marché reste assez confidentiel en ce qui concerne les minerais stratégiques, diverses solutions sont envisageables.

D’abord, les investisseurs peuvent acquérir des actions de sociétés minières en sachant alors qu’il s’agit d’une formule à long terme. Il y a les fonds de placement ou encore les SICAV spécialisés dans les métaux rares que l’on retrouve auprès de la majorité des courtiers en ligne. Ensuite, pour ceux qui recherchent une solution à court terme, il y a l’option des trackers ou ETF comme REMX ainsi que les indices terres rares. Ici, l’inconvénient résidant dans le fait que ces instruments ne sont pas forcément liés à un actif sous-jacent physique : le risque est donc plus élevé.

Enfin, il y a aussi la possibilité de devenir propriétaire de terres et métaux rares. Dans ce cas, c’est un courtier qui prend en charge les différentes démarches nécessaires à la transaction : il s’occupe à la fois l’achat, le stockage et l’éventuelle revente. Il faudra alors y mettre le prix, en général, les courtiers acceptent la mission pour une transaction de 5 000 euros minimum.

Dans tous les cas, il est judicieux de toujours mener l’enquête avec de prendre quelconque décision, s’assurant ainsi que l’on va effectuer un placement véritablement rentable. Pour les investisseurs qui envisagent d’acheter des métaux rares physiques, il est vivement conseillé de se tourner vers un courtier régulé et digne de confiance, proposant des terres rares de bonne qualité et assurant un stockage dans les meilleures conditions de celles-ci.

Quel avenir pour les terres rares ?

Avant tout, il faut rappeler que le marché des terres rares a connu un véritable boom en 2011, au lendemain de la décision chinoise de limiter ses exportations. Aujourd’hui, la question qui se pose est de savoir si cette évolution fulgurante pourrait de nouveau se produit dans les années à venir. De nombreux spécialistes s’accordent sur le point que cela est assez peu probable. Ce serait possible uniquement si la Chine limitait encore plus ses exportations, ce qui a peu de chance de se produire.

En outre, si les autorités chinoises prenaient une décision en ce sens, on a assisté durant les dernières années à une recrudescence d’exportations illégales de terres rares et métaux stratégiques en dehors de la Chine. D’ailleurs, si l’on en croit le gouvernement local, près d’un tiers des exportations en la matière prennent un circuit illégal. Donc, dans l’hypothèse de décisions spécifiques de Pékin, les cours ne connaîtront probablement pas le même décollage qu’en 2011, mais juste une tendance haussière.

mine terre rare

Dans tous les cas, si l’on considère le moyen terme, on devrait tout de même assister à une légère augmentation des cours des minerais, surtout en ce qui concerne les terres rares lourdes. En effet, même si les industries sont en quête de diverses solutions pour ne pas être dépendants des métaux stratégiques, les solutions pour remplacer ces derniers et pour les recycler ne sont pas encore parfaitement au point.

De ce fait, les métaux rares restent indispensables dans de nombreux domaines. En outre, le fait que le cours des terres rares a une chance de connaître un rebondissement, on devrait assister à la mise en place et à la concrétisation de divers projets d’exploiter ces minerais, plus spécialement en dehors du territoire chinois. De cette manière, l’offre serait en hausse et il serait alors plus facile de maîtriser les cours.

Alors ? Investir ou pas dans les métaux rares ? Dans quelles conditions ?

terres raresIl est important de rester objectifs par rapport aux terres rares. Nombreux sont les investisseurs qui se précipitent, motivés par la rareté d’un minerai qui n’est pas si rare qu’il en a l’air. Et même si les perspectives d’avenir sont assez encourageantes, il faut se rendre à l’évidence, investir dans les métaux stratégiques ne constitue pas une super opportunité d’affaire, en tout cas pour l’heure. Il existe de nombreuses raisons à cela. D’abord, le marché est difficilement accessible aux investisseurs, dans la mesure où la Chine a le monopole.

En ce qui concerne les producteurs basés hors du territoire chinois (notamment basés en Europe), leur situation est encore assez délicate et ne motive pas l’investissement. Et même si ces producteurs ont des chances d’évoluer, il ne vaut mieux pas se baser là-dessus pour prendre une décision d’investissement, le risque de baisse étant flagrant et incontrôlable. Enfin, il y a le fait que l’économie globale reste elle aussi assez fragile. Si des actifs plus solides (notamment l’or ou encore le pétrole) ont du mal à résister à la pression économique, les terres rares ne risquent pas de déroger à la règle… En conclusion, l’heure reste à la prudence.

Retrouvez nos dossiers sur différents moyens d’investissement :